mercredi 25 novembre 2009

*22

Je suis certain que je pourrais créer un soap-opéra avec, comme personnages principaux Immanuel Kant et moi-même. Il y aurait des conflits d'intérêts, des disputes et bien sûr de l'amooooour.

Je vous donne en exclusivité quelques éléments du scénario :
Immanuel serait amoureux de moi (oui je sais, je ne me refuse rien), mais moi je serais amoureux d'un autre (Fried Nietz, Sartre, Hobbes, Platon, Machiavel, Rousseau?). Amour contrarié, amour impossible. Je suis sûr que ça fera pleurer dans les chaumières.

J'interpréterais mal les lettres que m'enverrait Kant. Je considérerais ses écrits comme m'étant hostile alors que ce sont de véritables lettres d'amooooooooour. Quelle tristesse vraiment...
Et bien sûr, il y aurait de la tension : Arriverions-nous à nous comprendre avant mes partiels ? Tomberais-je amoureux de Kant ? Y aura t-il un véritable mariage d'amour ?

Tout un programme.

dimanche 1 novembre 2009

*21

Le mot du jour :

HONTE

mercredi 21 octobre 2009

*20

Ca fait longtemps que je veux accoucher d'un article, mais sans succès. J'avoue que la nouvelle vie dont je voulais tant m'accorde peu de véritable temps pour moi-même. Et quand, j'en avais, rien ne venait. Un véritable blocage, un blackout qui m'empêchait d'aligner ne serait-ce que quelques lignes.

Peut-être m'a t-il fallu le temps d'apprivoiser, d'assimiler les mécanismes de cette vie qui a tant changé.
A l'heure actuelle, j'ai l'impression d'être sans élastique, sans assurance. Une véritable vie de préadulte, à la fois effrayante et excitante.

A ma grande surprise, il m'arrive d'avoir de la nostalgie quand je repense à Valenciennes. Pas que je la regrette, mais je lui trouve un certain charme à vrai dire. Une simplicité, une relative aisance. Mais je sais également que le temps modifie les souvenirs, qu'il les rend beaucoup plus radicaux. Peut-être que si je me projetais avec beaucoup plus d'objectivité, je verrai que ce fruit qui semble appétissant a en fait des traces de moisissure.

Il est possible que je pense cela car je dois avouer que ce n'est pas le Maxime des grands jours qui écrit aujourd'hui.

Le beau tableau Parisien, quasi idyllique, s'est couvert et assombri de la même manière qu'un ciel d'automne. Il parait que c'est la saison qui fait ça. Possible après tout.
Reste que je me sens seul au milieu de cette masse grouillante. Il parait que c'est normal, que c'est le début. Possible après tout.
Mais le fait que je ne sente pas du tout à l'aise avec les autres élèves par exemple est beaucoup moins normal...

A suivre.

lundi 21 septembre 2009

*19



La réponse parfaite; atypique, effrayante, lyrique, étrange et tellement claire.

lundi 14 septembre 2009

*18



Parfois l'on aimerait être un véritable lecteur DVD incarné pour revivre ces moments à l'infini...

vendredi 28 août 2009

*17

J-2
J-3
J-6
J-31

mercredi 19 août 2009

*16

Parfois, j'ai l'impression que la vie est une véritable pièce de théâtre découpée en Actes et Scènes, dont la durée et la longueur sont évidemment très variables. Mais le plus surprenant, de mon point de vue, est la distribution qui est plus qu'originale. Je m'explique : chaque personne est à la fois personnage principal qui subit des exigences, mais aussi l'auteur que l'on coécrit avec le Hasard (que d'autres appelleront le Destin voire Dieu, mais ici n'est pas la question)

Une autre particularité de cette pièce est le fait qu'elle s'écrit jour après jour, mois après mois et que le point final s'écrit au moment de notre mort. Je pense qu'il est également possible qu'un épilogue de même qu'une préface puissent s'écrire. Celle-ci pourrait se faire à partir de la relation que nous entretenions avec d'autres protagonistes. La seule difficulté de ce système réside dans la longueur de cet interminable épilogue : en effet, comme chaque relation est unique, l'objectivité vis-à-vis du personnage principal est quasiment impossible.

Cette oeuvre est également d'une grande qualité, encore meilleure que les meilleures pièces du théâtre Elisabethain, car elle mélange dans un ordre de temps variable tous les genres : tragique, comique, dramatique, morale, etc...sauf le fantastique et le merveilleux malheureusement (quoique, parfois...)

Tout comme les classiques, tous les personnages ne sont pas réguliers en ce concerne l'importance qu'ils ont dans l'oeuvre finale. Certains sont fondamentaux mais n'apparaissent que dans une scène ou dans un acte; d'autres apparaissent, disparaissent, et réapparaissent selon les actes, les scènes sans parfois de réelles explications. Ainsi va la vie.

Mais la chose la plus intéressante, contre la presque toute-puissance du hasard sur l'histoire, réside dans notre libre arbitre et notre relatif pouvoir de mise en forme de l'oeuvre. Nous pouvons a priori choisir où se déroule l'action, choisir qui sont les autres protagonistes que nous souhaitons voir disparaître ou réapparaître et organiser un maximum sa vie. Et nous pouvons sentir, parfois avec force, le passage à un nouvel épisode (ce qui est évidemment mon cas en ce moment, à quelques semaines de mon départ)

Telle est la façon dont je vois la vie du haut de mes 19ans...

jeudi 16 juillet 2009

*15

J'irai le voir, dés les premiers jours de sa sortie :



Et j'ai (presque) pas honte !

mercredi 15 juillet 2009

*15




Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us


De MARION BOLOGNESI

Tout simplement parce que je suis touché par ces toiles et ces regards...

*14

Aujourd'hui, j'ai acheté le "RAP RNB : Le mag N°1". Dire qu'il n'y a pas grand chose d'interessant est un doux euphémisme.
Mais bon, j'ai eu un poster 1m92 de BOOBA (mais si le rappeur français qui pourrait être facilement un Cover-boy du magazine têtu mais qui se veut ultra-viril), je l'accrocherai dans ma chambre, je me sentirai moins seul. Et puis, je suis sûr que ce poster sera du meilleur effet à côté de mon carton Dora L'exploratrice (et surtout sans papier).

Mais c'était pas le seul cadeau du magazine, j'ai eu aussi le droit à des stickers de chanteuses RnB au talent aussi affirmé que le mien pour la Physique, de rappeurs qui font les gros durs, d'un autographe de Chris Brown juste à côté d'une photo de Rihanna (le bon goût absolu), d'un chiffre 8 avec en dessous un code barre et encore en dessous le huit marqué en lettres (Il faut croire que le lecteur moyen de ce magazine apprend le français), et aussi d'un autocollant BOOBA ♥♥ (et en plus il est torse nu, wahou c'est génial.)
Je suis ravi et je suis sûr que ça sera du meilleur effet et que je ferai un malheur à la fac.

Je suis sûr que cet article vous a autant passionné que moi, c'est à dire pas du tout.

*13

J'AI MON BAC !!!

(Je sais, ça fait plus d'une semaine que j'ai eu les résultats, mais ça fait genre le mec qui tient super régulièrement son blog...)

PS : Si vous voulez en savoir plus, contactez moi. Si vous vous en foutez, je vous emmerde

lundi 22 juin 2009

*12



Courage, plus que 3 épreuves.

mardi 16 juin 2009

*11

Il y a une chose qui me fascine sans pour autant aimer, ni adhérer, ce sont les modifications corporelles extrêmes. Vous savez ces personnes qui utilisent leurs corps comme une vraie toile vierge de toute peinture, comme cet homme :



ou celui ci



En dehors d'une possible folie, je trouve incroyable que ces personnes ont un tel courage vis-à-vis de la société et surtout envers-eux mêmes. J'avoue, je me demande comment on peut faire des changements aussi extrêmes et définitifs.
Mais surtout il me pose une question éthique : peut-on jouer avec son corps comme on peut jouer avec de la pâte à modeler ou une feuille?

Mais ces modifications ne s'arrêtent pas à la chirurgie esthétique ou au piercing/tatouage et autres implants. Parfois ces changements se font jour après jour comme ces adeptes du Tightlacing, pratique qui consiste à porter à corset de plus en plus serré chaque jour pendant 23h pour réduire son tour de taille...
Comme Mr Pearl ou Cathie Jung ci dessous...



*10

Ca vous tente une petite révolution à 2 jours du bac?



mardi 2 juin 2009

*9 (?)

Pour cet article, je vais reprendre le principe de Facebook de l'espace "Exprimez vous". Il n'y a aucun ordre à ce qu'il va suivre, seulement ce qu'il me vient à l'esprit d'une façon totalement arbitraire.

Maxime Magnin :
- en a marre de ces médecins au rabais qui ne savent pas bien parler français et ni l'écrire d'ailleurs : Au minimum 3 fautes par phrase pour le compte-rendu.
- est fatigué de s'entendre dire que tous ses problèmes sont d'ordre psychosomatique pour masquer un manque de connaissance et ne avouer que l'on sait pas.
- est épuisé par ces petites pétasses qui (se) mentent et qui ne font absolument rien pour que les choses évoluent et qui détestent s'entendre dire la vérité.
- n'en peut plus d'entendre parler de ce bac.
- en a assez de l'hypocrisie qui règne de partout.
- a été énervé d'avoir attendu plus de 6h dans un hôpital de merde pour rien
- ne comprend pas ces religieux qui prennent ce qu'ils leur plaît dans les livres dit sacrés pour faire dire ce qu'ils veulent... et il ne comprend pas non plus les gens qui n'ont aucun recul sur ça.
- est fatigué tout simplement. Car ça fait des semaines qu'il n'a pas passé une nuit normale
- est excédé de ces personnes qui pensent que l'occident est un lieu de débauche total accompagné par des desseins de dominations naturelles
- est étonné de toutes ces personnes qui cherchent à flatter leur égo en se liant "d'amitié" avec des personnes qu'elles n'aiment pas.
- (à suivre...)

vendredi 29 mai 2009

*8




"L'erreur est humaine" comme dit l'expression. Parfois, cette erreur n'a pas lieu à cause d'une mauvaise attention ou à partir d'une erreur appréciation. Parfois elle a juste lieu parce que on a voulu faire de son mieux.

Ces erreurs sont les plus difficiles à supporter, car elles effraient. Elles mettent en doute l'idée même d'agissement et de responsabilité. Et dans un sens plus large, elle arrive à nous faire regretter la liberté dans laquelle nous évoluons. Cette liberté qui exige de nous que nous prenions des décisions par nous-mêmes et de ne plus avoir une certaine passivité par rapport à notre propre vie.

J'ai toujours voulu aidé mes proches, au maximum, avec mes propres moyens. Je serais capable de vouloir faire déplacer une montagne pour rendre un ami heureux, de voir ce sourire qui vaut bien plus que la plupart des objets matériels. Et cette envie s'en retrouve décuplée si [j'ai l'impression que] cette personne va mal.

C'est mon côté sanguin, mon côté excessif. Je ne sais pas d'où vient cet envie qui est au final plus un besoin.

Mais le pire c'est quand la personne que vous vouliez aider vous en veut...

dimanche 24 mai 2009

*7

"Philosophie, Le Jeudi 18 Juin 2009 à 08h00 - Durée 04h00
Littérature, Le Jeudi 18 Juin 2009 à 14h00 - Durée 02h00
L.V.1 Anglais, Le Lundi 22 Juin 2009 à 14h00 - Durée 03h00
L.V.2 Espagnol, Le Mardi 23 Juin 2009 à 14h00 - Durée 03h00
Histoire Géographie, Le Mercredi 24 Juin 2009 à 08h00 - Durée 04h00
L.V.1 Complémentaire, Le Jeudi 25 Juin 2009 à 08h00 - Durée 00H20"



Ca y est, j'ai ma convocation pour le bac. Ce bout de papier est presque un faire-part de décès annonçant ma propre mort, mort à laquelle je ne pourrai échapper.
Chez moi, le sentiment de l'échec de cet examen est particulièrement fort. Mais est-ce une réalité ou ma nature pessimiste qui me fait penser ça? J'avoue ne pas savoir. Cette nature qui s'est développé avec le temps va jusqu'à m'obliger de penser que je vais forcément rater mes études sup et même qu'un niveau d'un jeu vidéo (c'est dire!) va m'être inaccessible.

C'est que les enjeux sont importants, comme je l'ai dit dans un précédent article, le bac est un passe pour une nouvelle vie, cette nouvelle vie dont j'aurais choisi l'existence. Si je n'ai pas ce p*t*in de baccalauréat en plus de la honte et de la tristesse de l'échec se rajoutera ce sentiment de frustration. Puis le redoublement, redoublement qui ne servira uniquement à avoir ce passe. Et puis je ne compte pas changer d'orientation.

Bref, faut que je l'ai, par tous les moyens. Une petite vidéo qui me fait bien sourire à l'approche de l'examen. =D



Et pour aller plus loin : http://www.perlesdubac.fr/index.php?t=2

Ca va, j'ai encore de la marge ahah

vendredi 8 mai 2009

*6




Tous ceux qui me côtoient connaissent mon attrait envers le monde de l'enfance, et ce, dans tous les domaines. A plus de 19ans, je m'amuse encore à aller dans le rayon jouets et peluches, à toucher et à appuyer sur les boutons qui m'enchanteront comme un enfant de 5ans. J'aime manger des aliments estampillés pour les enfants avec de mignons petits personnages créés par des markéteux de génie. Et ce n'est qu'un échantillon..
Mais ce goût se retrouve aussi dans ma personnalité et mon comportement où je prends plaisir à jouer avec les codes de ce monde. Je fais une moue exagérée, il m'arrive de parler avec la niaiserie comparable à tous ces enfants dont le vocable n'a pas assez évolué. J'aime ça.

Mais c'est un jeu, je ne pense pas vivre réellement dans ce monde.

Mais pourquoi un tel appétit pour un monde que j'aurais dû normalement quitter? A vrai dire, je ne sais pas vraiment.
Peut-être par nostalgie d'une époque que je n'ai pas pu/voulu vivre pleinement. Petit, je ne demandais qu'à être grand pour parler aux adultes et enfin être pris au sérieux. Mais en grandissant, je me suis rendu compte que l'attention des autres envers soi baisse. Que l'on a plus rarement de l'affection.
Ou alors, c'est le fait que le monde des adultes (pour être restrictif, comme si il existait des mondes étanches les uns des autres), enfin ce que j'ai pu en percevoir jusqu'à maintenant ne me plaît guère. Ce manque d'ouverture, de rêves et d'émerveillements pour pas grand chose. Aussi un monde fait d'hypocrisie et de trucages qui me semble-t-il n'existe que très rarement chez les enfants.
Il se pourrait également qu'être adulte me fait peur. Les choix, et la trop grande liberté dans un sens large est peut-être un peu trop effrayante pour moi. Parfois, j'aimerais que l'on décide à ma place, c'est vrai...

Je ne suis pas tout à fait prêt pour être un adulte finalement...

vendredi 1 mai 2009

*5

D'ici quelques semaines commenceront les épreuves du bac. Je vois déjà les crises de larmes et les révisions de dernières minutes. Et moi qui me demande pourquoi je suis là.
Les motivations de chacun sont parfois différentes selon les élèves, pour certains c'est juste un défi, d'autres pour faire plaisir à leurs parents, d'autres encore avoir accès aux études supérieures pour faire ce qu'il leur plait. Pour moi, le bac est juste un sésame pour un changement de vie, un changement que j'aurai enfin choisi.

Oui, ce changement me fait peur, peut-être à tord. Je ne sais pas ce qui m'attend, ce que je vais faire (oui, j'hésite encore!) et encore moins où je vais vraiment atterrir.

L'idée de cette nouvelle vie et de sa mise en place me stressent profondément mais également m'excitent. Paris, dans l'idée commune, est une ville où beaucoup de choses sont possibles contrairement à la province en général.

Pourquoi vouloir tant partir au final? Les raisons sont diverses.
Premièrement, j'ai envie de m'éloigner d'un lieu qui est un peu trop chargé de souvenir à mon goût. Des lieux chargés de tristesses, de frustrations, mais aussi d'une nostalgie malsaine. Et puis je me sens de plus en plus à l'étroit à Valenciennes...
Après, j'ai envie de me rapprocher de la culture en général. La grande partie des grands concerts, des grands musées, des spectacles, etc... se trouvent à Paris.
Ensuite, dans cette grande ville qu'est Paris, les choix de poursuite d'études sont très étendus et pouvoir faire ce qu'il me plaît me paraît plus facile qu'ailleurs.
Et pour finir, pour une raison un peu moins valable : j'ai envie de rencontrer quelqu'un et vivre ma vie entièrement...

Vivement :)

*4

Vous voulez vous venger d'un ami ou d'une connaissance? Lui faire une crasse qui lui pourrira toute la journée voire même plus tout en restant dans la légalité et en gardant une vie sociale?

Rangez vos drogues et autres somnifères, j'ai la solution! Oui messieurs, dames et cette solution existe et elle s'appelle Kim Kay. Ce nom vous parait inoffensif? Gare à vous! C'est une arme de destruction massive, pire que Little Boy, capable de lobotomiser et/ou de rendre fou n'importe quelle personne dans le monde. La preuve étant que la chanteuse elle-même, tellement perturbée, se trompa dans l'ordre de l'habillement : elle mit son soutien-gorge APRES son sous-pull...
On passera également outre les paroles qui n'ont pas de sens dans un français totalement approximatif

Voici l'arme du crime :


Et oui, pour comprendre les effets, il faut avoir essayer au moins une fois...
Analysons l'arme en elle-même :
1- Les braillements de notre chère Kim Kay. Ces braillements sont en fait une arme dans l'arme qui contribue à vous ôter toute capacité mentale.
2- Les paroles. Débiles à souhait, elles ne servent qu'à vous faire rentrer la mélodie. Par la force.
3- La musique. Abrutissante, elle vous zombifie et vous octroie d'un mal de tête singulier.

Mais là, n'est pas le drame. En effet, le "Lilalylala" tellement agaçant vous rentre dans la tête et ceci pour une journée entière. Vous serez donc tentés de réecouter pour vous soulager. Et c'est là où vous entrez dans un cercle vicieux...

Posologie :
2min suffisent pour gâcher une journée. Cependant pour plus d'efficacité, vous pouvez augmenter la dose de 2 voire de 4 minutes, surtout si la personne est habituée à écouter des musiques de merde (Appelons un chat un chat)
Une puissance sonore élevée accélère les effets.

Merci Kim Kay !


(On voit où Cindy Sander a pris son inspiration...)

dimanche 26 avril 2009

*3



Une performance technique d'une poésie rare !!! A voir absolument !!!
(Vidéo trouvée sur le blog de Kanye West, décidément j'adore ce mec <3)

*2

Parmi les sentiments que je considère comme les plus désagréables, il y a la frustration et l'impuissance. Ces deux sentiments se mêlent parfois en société, lorsque l'on voit un ami, une connaissance voire un inconnu se faire du mal, se détruire physiquement, mentalement et parfois même d'un point de vue relationnel. On assiste doucement, passifs malgré nous à une descente aux enfers qui nous fait mal à leur place. On imagine avec crainte leur futur, un futur plus ou moins catastrophique si rien ne change.

On aurait envie de crier notre colère face à cette autodestruction. De les aider, de leur faire réaliser ce qu'ils font et ce qu'ils sont. On voudrait agir tout simplement. Mais on se retrouve avec cette phrase qui me stoppe net : "C'est ma vie, pas la tienne" ou "Je me mêle pas de ta vie, alors ne te mêle de la mienne" ou encore d'autres dans le même genre.

Je n'arrive pas à m'en foutre. Je n'arrive pas à me désintéresser de la situation dans laquelle ils vivent. Je n'y peux rien, je suis comme ça.
Je croise presque tous les jours des gens que je considère "dans une mauvaise pente". Mais deux cas particuliers me rendent dingue.

Le premier cas est celui d'une jeune blogueuse (c'est ici). Je l'ai découverte il y a quelques semaines en recherchant des témoignages ou des interviews d'anorexiques sans être dans le voyeurisme. Juste pour essayer de comprendre et savoir comment elles en étaient venues là.
Je suis tombé sur ce blog, blog de pro-ana. Pour ceux qui ne savent pas ce que c'est, ce sont des jeunes filles très majoritairement mais aussi parfois des garçons qui, schématiquement prennent l'anorexie pour un mode de vie.
Donc on voit par le blog jour après jour son rapport à la nourriture (les "purgations", les privations) pour atteindre un poids "idéal" (qui est bien entendu bien trop mince) par des morceaux parfois très crus mais en même temps très sensibles et doux. Tout simplement affreux.
On remarque que ce sont des jeunes filles souvent sensibles, perdues, victimes d'une société d'apparence où les minces sont idolâtrées...

Le second, mes proches le connaissent. Il a été la "star" de mon blog précédent, il s'agit bien entendu de Greg. Avec lui c'est complexe, j'alterne des moments d'indifférence; de contentement presque sadique, sorte de vengeance pour ce qu'il m'a fait; mais aussi et c'est le cas à l'heure actuelle de l'inquiétude et de la tristesse pour ce qu'il est devenu et ce qu'il risque de devenir, lui qui n'est pas idiot, lui qui pouvait prétendre à un meilleur avenir...
J'ai l'impression qu'il ne se rend pas compte qu'il peut avoir de mauvaises fréquentations, que sa vie est en train de mal virer, qu'il est peut-être en train de tout perdre...

Je devrais m'en foutre, je sais, mais je n'y arrive pas...

mercredi 22 avril 2009

*1 : Présentation

Le blog est vide.
J'aime ces moments où tout est à faire, où tout est à construire. Construction dont je ne connais pas la ligne directrice. Ce blog va se construire au gré de mes envies, de mes sentiments, de mes coups de cœur, de mes coups de gueule, etc...


L'ensemble sera peut-être décousu, voire sans forme mais il sera vrai, franc avec moi-même et avec vous. Je ne compte pas mettre de distance entre vous et moi, c'est pour ça que je ne censurerai pas les commentaires. J'encourage donc tout le monde à s'exprimer, en bien ou en mal ou à laisser une petite trace.


Ceux qui me connaissent se demandent sûrement pourquoi j'ai créé un nouveau blog, alors que l'ancien (ici!) était relativement peu écrit. Plusieurs raisons à cela.
La première étant que j'avais l'impression que ce blog ne me ressemblait plus. De mon point de vue, il rassemblait plus mes écrits lorsque des nuages sombres avaient tendance à obscurcir mon cerveau. Cependant ma vie ne ressemble pas à celle de quelqu'un qui se complaît dans son malheur. Je suis comme tout le monde, ma vie est ponctuée de points plus noirs que d'autres.

La seconde est que j'ai l'impression d'être à un tournant de ma vie. D'ici quelques mois, je passe mon bac et en partant du principe que je l'ai, je pars normalement à Paris. Ce déménagement représente beaucoup : une indépendance vis-à-vis de mes parents, mes habitudes de vie s'en trouveront sûrement bouleversées. J'ai hâte et je suis craintif quand j'imagine cette future vie.

La dernière est beaucoup plus futile : Canalblog m'énervait, ses bugs, son manque de possibilités, d'ouverture, etc...


Pour ceux qui ne me connaissent pas encore (quel regret pour vous ahah) je vous fais une brève présentation : je me prénomme Maxime, je vis encore à Valenciennes (et j'espère plus pour longtemps) où je prépare mon bac Littéraire.
Le reste sera dit dans les futurs articles.


J'espère que vous serez nombreux, et que vous aimerez ce blog. À bientôt :)